Scène de vie de coach :

Quand j’anime une formation au management, je constate que certains thèmes intéressent les participants plus que d’autres. Même si le consultant rêve secrètement que tous captivent son auditoire, force est de constater que ce n’est pas le cas. Je l’ai encore vécu récemment avec un groupe de jeunes managers.

Heureusement, il y a des thèmes qui suscitent à coup sûr l’intérêt. C’est le cas lorsque je présente les étapes de vie d’une équipe. Je le comprends car cela répond à une question que beaucoup de managers se posent : comment transformer une somme d’individualités en une véritable équipe ?

Pour répondre à cette question, je m’appuie sur les travaux de Bruce Tuckman, psycho-sociologue américain décédé en 2016. Il conclut de l’observation d’un grand nombre d’équipes, qu’elles passent toutes par quatre étapes avant d’être performantes.  Il les nomme de la manière suivante : la formation, la confrontation, la normalisation et enfin la performance.

Au-delà de la définition de ces étapes, l’apport principal de Tuckman est d’avoir associé à chacune un besoin psychologique. Le principe général est que le manager y réponde pour que l’équipe passe à l’étape suivante.

La formation :

La première étape est la constitution de l’équipe. Elle a lieu lorsqu’un chef de projet ou un manager crée son équipe, ou lors d’un changement majeur : nouveau manager, nouveau membre, réorganisation… Le besoin psychologique associé à cette étape est le besoin de sécurité. Chaque membre a besoin de faire connaissance avec les autres et de savoir ce qui est attendu de lui.

La confrontation :

C’est l’étape des tensions car chacun comprend que son intérêt individuel doit se diluer dans le collectif. Pour que cela soit possible, le manager doit donner du sens à son projet. Quand les membres comprennent qu’ils contribuent à un projet important, alors ils sont plus à même de mettre de côté leur intérêt individuel pour privilégier l’intérêt collectif.

La normalisation :

Les membres commencent à savoir comment travailler ensemble et l’équipe adopte son régime de croisière. C’est à cette étape que les membres trouvent du plaisir à collaborer pour faire avancer le projet. Le leader doit ici développer la dimension collective pour satisfaire le besoin d’appartenance.

La performance :

L’équipe a atteint un haut niveau d’efficacité. Le manager peut constater une réelle complicité entre les membres. Chacun a trouvé sa place dans l’équipe et connait sa valeur ajoutée dans le projet à la fois en tant que personne et en tant que contributeur. Le manager doit apporter de la reconnaissance à chaque collaborateur à ces deux niveaux. La reconnaissance est le besoin psychologique de cette étape.

Ces étapes constituent le cycle de vie d’une équipe. Le manager doit répondre au besoin de l’équipe à chaque étape afin que la somme d’individualités initiale devienne une véritable équipe. Les managers ne sont pas toujours conscients de l’engagement que cela requiert mais la performance de l’équipe est à ce prix.

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux. 😉

Le blog de Km30 c'est un article original sur le management et le leadership chaque lundi matin à 9h00.