Scène de vie de coach :

Très souvent, à l’occasion de formations ou d’accompagnements d’équipes je rencontre des managers qui ont évolué grâce à leur expertise technique.

C’est parce qu’ils étaient des experts dans leur métier que l’entreprise leur a confié la responsabilité d’une équipe. Mais l’écart est tellement important entre la maitrise technique du métier et la maitrise des compétences managériales que cela ne produit pas toujours de bons résultats.

L’expert qui évolue est confronté à plusieurs difficultés. Devenu manager, l’importance qu’il accordait auparavant à l’opérationnel diminue au profit du management.

Cela signifie qu’il doit lâcher les compétences métier, pour lesquelles il était reconnu, au profit de compétences relationnelles et organisationnelles qu’il ne maîtrise pas aussi bien. Cette évolution peut représenter une transformation telle, qu’il peut avoir le sentiment de se mettre en danger s’il la réalise. Cela peut le conduire à ne jamais vraiment prendre sa place de manager.

C’est pourquoi l’expertise technique ne devrait pas être le premier critère d’évolution pour devenir manager. Les capacités relationnelles et organisationnelles d’un collaborateur devraient être évaluées avant toute évolution pour être mieux prises en compte. Les deux éléments particulièrement importants sont la capacité à faire des feed-back d’une part et à établir des priorités d’autre part.

Savoir faire des feed-back :

Savoir faire des feed-back est un indicateur qui démontre des compétences relationnelles. Beaucoup de choses se jouent dans cet exercice. Cela suppose de savoir dire à un collaborateur quand quelque chose ne va pas ou au contraire donner un retour positif lors d’un travail réussi. Une personne qui réalise des feed-back montre qu’elle a compris l’importance de reconnaitre un travail bien fait mais aussi de fixer un niveau d’exigence. Faire un feed-back démontre également une capacité à prendre les habits du manager en se positionnant comme tel.

C’est pourquoi, quand un collaborateur est pressenti pour évoluer vers le poste de manager, il doit être mis en situation et encouragé à donner des feed-back, si celui-ci ne le fait pas spontanément.

Établir des priorités :

Un critère pour savoir si un futur manager aura les compétences pour organiser le travail de l’équipe est sa capacité à établir des priorités claires pour lui-même. Cela suppose que son organisation personnelle soit compréhensible par un regard externe. S’il est le seul à s’y retrouver, il lui sera difficile d’établir des priorités pour l’équipe. Certains managers ne structurent pas le travail de leur équipe car ils n’en ressentent pas le besoin pour eux-même. Si ce mode de fonctionnement peut marcher quand le manager travaillait seul, il atteint vite ses limites quand il doit organiser le travail d’une équipe. La conséquence est de mettre l’équipe sous stress et de lui faire perdre un temps précieux.

Faire des feed-back et savoir déterminer des priorités ne sont pas les seules compétences à maitriser pour devenir manager. Mais elles constituent le socle sur lequel le manager peut en poser d’autres afin de prendre sa place et d’assumer toutes ses responsabilités. 

Si cet article vous a intéressé, n'hésitez pas à le commenter ou à le partager sur Linkedin.

Le blog de Km30, c’est un article original (presque) chaque lundi matin à 9h00 😉