Comment intégrer un nouveau collaborateur?

Le 10 décembre 2018 par Arnaud Pottier accompagnement changement intégration prise de poste

Scène de vie de coach :

La semaine passée, un participant à une formation m’a posé une question importante en matière de management. Comment accueillir une nouvelle personne dans l’équipe pour que son intégration se passe le plus rapidement et le mieux possible.

Reconnaissons que l’intégration d’une personne est toujours délicate car c’est un événement qui perturbe inévitablement le fonctionnement de l’équipe. L’enjeu de l’intégration est double :  D’une part la personne doit trouver sa place dans l’équipe et d’autre part l’équipe doit conserver ou développer un bon niveau de cohésion.

Si l’on compare l’équipe à un système doté d’un point d’équilibre, tout changement, comme l’arrivée d’une nouvelle personne, perturbe son équilibre.

Le rôle du manager est alors d’accompagner à la fois la personne et l’équipe pour qu’un nouveau point d’équilibre soit rapidement trouvé. L’erreur souvent commise par les managers est de concentrer leur accompagnement uniquement sur le nouvel arrivant.

Accompagner le nouveau collaborateur :

Dès l’arrivée du nouveau collaborateur, le manager doit lui montrer qu’il est important pour l’équipe et qu’il y a sa place. Le manager doit être présent lors de son arrivée, lui consacrer du temps, lui fournir immédiatement les moyens de travailler (bureau, ordinateur, téléphone…). Il doit également lui faire visiter les locaux, le présenter à chacun des membres de l’équipe afin qu’il ait rapidement une connaissance des lieux et des personnes avec qui il va travailler.

L’intégration sera plus rapide s’il connait les raisons pour lesquelles le manager a décidé de retenir sa candidature. Avoir connaissance de ces informations l’aidera à savoir rapidement comment il peut contribuer à l’atteinte des objectifs de l’équipe et à trouver sa place.

Dernier élément important, le manager doit lui expliciter le mode de fonctionnement de l’équipe : le mode de communication, la culture managériale, les rôles de chacun, le comportement attendu. Sans quoi, devra découvrir ces éléments seules, ce qui pourra être source d’erreurs, de maladresses et générateur d’inquiétude.

Accompagner l’équipe :

Le premier besoin psychologique de l’équipe est celui de sécurité. L’arrivée d’une nouvelle personne génère de l’insécurité pour les membres de l’équipe (nouveau rôle, répartition des pouvoirs, apport d’idées nouvelles, nouvel équilibre à trouver…). Si le manager n’accompagne pas assez cette phase de transition, l’équipe risque de perdre en cohésion et donc en efficacité. Pour éviter cette régression de l’équipe, le manager doit communiquer clairement sur le rôle que va jouer la nouvelle personne et sur les changements que son arrivée engendre. Il doit également faire en sorte qu’elle passe du temps avec chaque membre de l’équipe pour comprendre quel est leur rôle et leurs responsabilités. Ces rencontres lui permettront  de poser les bases d’une coopération fructueuse.

Les managers oublient souvent que le recrutement d’un nouveau collaborateur s’achève réellement lorsqu’il a terminé son intégration. C’est la raison pour laquelle il est indispensable que le manager y investisse du temps afin de se donner un maximum de chances pour que la « greffe » prenne.

Excellente semaine à chacun, et à lundi prochain

Et si cet article vous a plu, aidez-moi à le faire connaitre en cliquant (au moins) sur l’un des boutons ci-dessous 😉

Article précédent

Le manager et sa colère

Article suivant

Non, le manager n’est pas une maman ou un papa!

© Km30.fr 2019 | Mentions légales | site réalisé par Helloquence