Pourquoi les managers perfectionnistes ont du mal à accepter la critique

Le 09 mars 2020 par Arnaud Pottier confiance en soi courage émotions engagement exemplarité prise de recul relation

Scène de vie de coach :

Le manager que je rencontre est un perfectionniste. Il aime que les choses soient bien faites, en temps et en heure et l’exigence qu’il a pour son équipe est à la hauteur de celle qu’il a pour lui-même.

Il vit actuellement une période difficile car il est critiqué par ses collaborateurs. Il reconnait mal vivre cette situation. Il a l’impression de donner le meilleur de lui-même (ce qui est certainement le cas) dans son rôle de manager sans obtenir les résultats à la hauteur de son engagement.

Cette recherche de perfectionnisme le rend rigide et le met sur la défensive lorsqu’il se sent remis en cause.

La critique est souvent difficile à entendre :

Il vit particulièrement mal cette situation car l’image que lui renvoie son équipe est que finalement, il n’est pas le manager parfait qu’il cherche à être.

Ses collaborateurs pourraient penser que l’orgueil l’empêche d’être à l’écoute et de se remettre en cause. Selon moi c’est une mauvaise compréhension de la situation. C’est au contraire probablement le doute sur ses capacités et sur lui-même qui le pousse à rechercher la perfection. La critique est d’autant plus impactante qu’elle vient renforcer son doute sur sa capacité à être un bon manager. Il dépense alors encore plus d’énergie à essayer de l’être et se rend compte qu’il n’y arrive pas. Il a donc l’impression que ses efforts ne servent à rien. Ce qui est frustrant.

Accepter la critique suppose que le manager perfectionniste accepte d’être imparfait. Lorsqu’il y arrive, les critiques deviennent alors des occasions de progresser, même si elles restent difficiles à entendre. Il faut avoir en tête que pour un collaborateur qui va faire une remarque négative, combien n’oseront rien dire mais n’en penseront pas moins. J’ai bien conscience que lorsque l’on subit la critique, il est difficile de la voir comme une source de progrès. Cela demande une grande dose de recul sur soi.

Mais au fond, les managers peuvent-ils échapper à la critique ? Tous les managers connaissent ou ont connu cette situation. Cela fait partie du rôle dans la mesure où ils sont amenés à prendre des décisions, à trancher…Ce sont autant d’occasions d’être critiqué.

Rendre la critique acceptable :

Souvent les critiques sont formulées maladroitement. Elles ressemblent plus à des opinions, voire à des jugements et elles sont rarement dite de manière constructive. Dans ce cas elles sont encore plus blessantes car elles portent sur la personne et non sur une action ou un comportement. Par exemple le manager peut s’entendre dire qu’il n’est pas assez proche de ses collaborateurs, alors que cela signifie qu’il ne les rencontre pas assez en rendez-vous formalisés pour faire le point avec eux sur les projets en cours.

C’est pourquoi il est important que le manager demande des exemples concrets de situations où il a pu donner une impression négative. Cela lui permettra de mieux comprendre le regard de son collaborateur et de mesurer réellement si la critique est fondée ou non. C’est une condition indispensable pour qu’un commentaire négatif soit une réelle occasion de progrès.

Excellente semaine à chacun et à lundi prochain 9h00.

Comme d’habitude, si cet article vous a plu, aidez-moi à le faire connaitre en cliquant (au moins) sur l’un des boutons ci-dessous 😉

Article précédent

Quand un collaborateur baisse les bras après sa période d’essai.

Article suivant

Le management au temps du coronavirus

© Km30.fr 2021 | Mentions légales | site réalisé par Helloquence