Scène de vie de coach :

J’ai terminé la semaine dernière le coaching d’une manager. Nous nous sommes rencontrés 6 fois pendant 6 mois.

La dernière séance a été l’occasion de faire le bilan de l’accompagnement dont l’objectif principal était de l’aider à s’affirmer dans son rôle de manager. Elle n’était pas réellement dans une situation de prise de poste mais avait connu suffisamment de bouleversements dans son environnement pour avoir besoin de « s’affirmer dans son rôle de manager ».

Mon interlocutrice travaille dans un domaine scientifique de pointe dans lequel réussir un projet dépend entre autres, de l’application rigoureuse de protocoles.

D’après elle, le principal apport du coaching a justement été de lui avoir enseigné des protocoles managériaux. Dans sa bouche, cela signifiait qu’elle avait appris des méthodes pratiques à appliquer dans son quotidien de manager.

Il ne suffit pas d’être nommé pour être compétent :

Bien entendu, le management n’est pas une science dure et les mêmes causes ne produisent pas toujours les mêmes effets. Il existe néanmoins des méthodes à appliquer en fonction de l’objectif, de la situation et du collaborateur. L’intérêt de les enseigner dans le cadre d’un coaching est de les adapter à la situation vécue par le coaché et de l’accompagner dans leur mise en œuvre.

A force de former et d’accompagner des managers, je constate bien souvent qu’ils n’ont pas conscience que le management est aussi affaire de méthodes. Je reconnais que cette quasi-naïveté me surprend toujours.

Il ne viendrait à personne l’idée que le contrôle de gestion ou le marketing ne soient qu’une affaire de bon sens et que l’on n’a pas besoin d’en apprendre les techniques. On ne nommerait pas un contrôleur de gestion ou un responsable marketing en pensant qu’il suffit qu’il prenne son poste pour être compétent.

C’est pourtant le cas pour le management. On considère trop souvent en entreprise qu’il suffit d’être nommé manager pour être compétent dans l’animation d’une équipe.

La plupart des managers prennent leur poste sans aucune formation au management.

Il me semble que c’est ne pas se rendre compte de la complexité du management et de son impact, positif ou négatif sur l’équipe.

Les 20/80 de la boite à outils du manager :

Dans sa boite à outils, le manager doit au minimum y placer les méthodes pour faire du feed-back (positif ou négatif) et l’animation des principaux rituels managériaux (entretien de pilotage, animation de réunion, faire un bilan/lancement).

Sans la maitrise de ces outils, il se met en risque, ainsi que son équipe.

A l’heure où les entreprises sont en concurrence pour recruter les meilleurs talents et veillent particulièrement à leur marque employeur, il est indispensable qu’elles soient attentives à la formation de leurs managers.

C’est ce dont a pris conscience la manager que j’ai accompagnée.

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux. 😉

Le blog de Km30 c'est un article original sur le management et le leadership chaque lundi matin à 9h00.