On ne nait pas leader, on le devient !

Le 24 février 2020 par Arnaud Pottier accompagnement autonomie autorité exemplarité leadership prise de recul responsabilisation

Scène de vie de coach :

Cette phrase qui est devenue le titre de l’article a été prononcée la semaine passée par l’un des leaders que je coache.

Les avis sont généralement partagés sur ce sujet. Certains pensent que le leadership est de l’ordre de l’inné. D’autres au contraire, considèrent que le leadership s’apprend.

Force est de constater que lorsqu’on observe un groupe d’enfants, certains proposent des activités et d’autres suivent leurs propositions. Il arrive que des enfants, même petits, mènent leur petit monde à la baguette. Cet exemple laisserait penser que le leadership est inné dans la mesure où aucun de ces enfants n’a suivi de formation sur ce sujet. On peut dire que c’est une forme d’expression du leadership de la part d’enfants qui aiment commander et que les autres leur obéissent.

Même si l’on peut retrouver ce type de comportement dans le monde des adultes où un manager donne les consignes à son équipe qui les met en œuvre, on ne peut pas vraiment parler de leadership, qui est un type de relations plus complexes que la « simple » relation verticale de l’obéissance.

Revenons à la définition du leadership que je propose : le leadership est « la capacité à influencer son environnement en vue d’atteindre un objectif ».

Quels sont les principaux paramètres constitutifs du leadership qui permettent d’influencer son environnement ?

Donner du sens :

Quel grand projet le leader et son équipe sont-ils en train de construire ensemble ? Ce grand projet permet au leader de savoir dans quelle direction influencer son environnement. Il permet également à chaque membre de l’équipe de comprendre à quoi sert sa contribution, comment elle s’inscrit dans une action commune qui est plus grande que chaque collaborateur. Cela suppose que le leader ait une capacité à se projeter, à bâtir un projet enthousiasmant et aussi des qualités de pédagogue pour expliquer et donner envie d’y adhérer.

Avoir un comportement exemplaire :

Le leader est bien entendu observé par son équipe et son comportement influence celui de chacun de ses collaborateurs qui auront tendance à adopter le même. C’est son humilité, son exemplarité, son courage… toutes ces caractéristiques de savoir-être qui marqueront son équipe en construisant une relation de confiance. Ce sont aussi ces éléments comportementaux qui seront le socle de sa crédibilité, principal levier pour influencer les personnes qui l’entourent.

Donner de l’autonomie :

Le leader doit donner envie d’être suivi et non d’être obéit. Cela suppose qu’accepter l’influence du leader doit être un choix et non une contrainte. Pour cela il doit donner à ses collaborateurs de l’autonomie pour les influencer et non les obliger.

Le leadership est une relation complexe entre le leader et les personnes qui l’entourent. Être capable de donner du sens, avoir un comportement exemplaire et oser donner de l’autonomie peut demander un apprentissage relativement long.

Les leaders humbles et lucides sur eux-mêmes sont conscients du chemin qui leur reste à parcourir.

Excellente semaine à chacun et à lundi prochain 9h00.

Et si cet article vous a plu, aidez-moi à le faire connaitre en cliquant (au moins) sur l’un des boutons ci-dessous 😉

Article précédent

Comment passer du management directif au management participatif ?

Article suivant

Quand un collaborateur baisse les bras après sa période d’essai.

© Km30.fr 2021 | Mentions légales | site réalisé par Helloquence