Être des créateurs de relation

Le 30 septembre 2019 par Arnaud Pottier bienveillance communication coopération intelligence relationnelle relation

Scène de vie de coach :

La dimension relationnelle est trop souvent négligée par les managers. L’urgence du quotidien fait que la plupart du temps ils privilégient les objectifs à atteindre, les plans d’action et d’une manière générale la dimension opérationnelle de leur métier au détriment de la dimension relationnelle. L’urgence n’est cependant pas la seule responsable. La qualité de la relation n’est pas encore assez considérée par les entreprises comme une compétence professionnelle à prendre en compte au moment d’une évolution professionnelle ou d’un recrutement. Elle est également mal évaluée lors des entretiens annuels et les entreprises expriment peu leurs exigences dans cette dimension alors qu’elles seraient en droit d’attendre progrès et résultats.

Elles n’encouragent pas assez leurs managers à être des créateurs de relation au sein de leur équipe.

La qualité de la relation reste un critère aléatoire :

La qualité de la relation entre les membres de l’équipe est d’une manière générale encore trop soumise à la personnalité du manager. Tant mieux si le manager dispose de compétences relationnelles et si ce n’est pas le cas, l’équipe doit faire avec.

Pourtant les entreprises auraient intérêt à la prendre davantage en compte, car savoir établir des relations de qualité est essentiel pour le bien-être de l’équipe, sa cohésion mais aussi pour son efficacité.

Il n’y a rien de nouveau dans ce que j’écris ici et beaucoup d’entreprises ont intégré la valeur « bienveillance » dans leur corpus de valeurs. De plus, tout le monde est convaincu de l’importance des bonnes relations dans l’entreprise. Alors pourquoi ce décalage parfois entre ce qui est affiché et ce qui est vécu ?

Une dimension difficile à faire évoluer :

Reconnaissons qu’il est plus facile de faire progresser quelqu’un sur les aspects techniques de son métier, plutôt que sur ses compétences en communication. C’est un champ bien plus complexe à appréhender. Cela renvoie au savoir être du manager et donc à sa personnalité. On touche alors rapidement à la dimension personnelle et l’on sort vite du domaine de l’entreprise. Faut-il pour autant en rester simplement au constat sans essayer de faire bouger les lignes ?

Pas forcément, mais les progrès dans ce domaine ne sont possibles que si les managers prennent conscience de l’importance de la relation dans leur métier. En d’autres termes, seul le manager concerné peut décider de faire évoluer son savoir-être relationnel. Cela suppose qu’il ait un niveau de confiance en lui suffisant élevé pour accepter de faire des choses différentes afin d’améliorer la qualité de la relation avec ses collaborateurs. C’est la première condition à tout progrès dans ce domaine.

La deuxième condition est que le manager sache quoi faire pour progresser. Pour ce type de problématique, le coaching est efficace car il aide le manager à trouver des solutions concrètes, adaptées à sa personnalité et à son contexte. Lorsque l’on connait l’impact de la qualité relationnelle du manager sur l’efficacité et le bien-être de l’équipe, on comprend que ce type d’accompagnement en vaut la peine.

Et si cet article vous a plu, aidez-moi à le faire connaitre en cliquant (au moins) sur l’un des boutons ci-dessous 😉

Article précédent

Les managers et la raison d’être de l’entreprise

Article suivant

Faire sa part

© Km30.fr 2019 | Mentions légales | site réalisé par Helloquence