Comment les managers peuvent-ils concilier autorité et bienveillance?

Le 12 novembre 2018 par Arnaud Pottier autorité bienveillance manager coach

Scène de vie de coach :

L’autorité est toujours un sujet délicat pour les managers. Ils peuvent avoir des difficultés à l’exercer comme à s’y soumettre. La principale raison est qu’il y a souvent une confusion entre autorité et autoritarisme. Autant l’autoritarisme est bien entendu nocif, autant une autorité équilibrée est une condition nécessaire à l’épanouissement de l’équipe. C’est pourquoi je qualifie l’autorité de bienveillante quand j’aborde ce sujet avec les managers. Ils sont la plupart du temps étonnés, tant les deux termes peuvent paraitre opposés. C’est pourtant le type d’autorité le plus efficace à long terme, mais il demande que deux conditions soient réunies : que le manager se sentir légitime et qu’il soit au service de l’équipe.

La légitimité du manager comme fondement de l’autorité :

Pour que le manager soit dans les conditions d’exercer une autorité bienveillante, il est nécessaire qu’il se sente légitime dans son rôle et qu’il soit perçu comme tel par l’équipe. La légitimité est le fondement de l’expression d’une autorité équilibrée. S’il a des doutes sur le fait qu’il est bien à sa place en tant que manager, il rencontrera probablement des difficultés dans cette dimension du management. Le risque sera alors qu’il adopte deux attitudes nocives pour imposer son autorité : la manipulation en jouant au manager copain pensant à tort qu’il obtiendra ainsi ce qu’il veut de l’équipe, ou l’agressivité en cherchant à s’imposer par la force.

La principale raison pour laquelle le manager est légitime pour faire preuve d’autorité, est qu’elle lui a été confiée par l’entreprise représentée par son N+1. Le manager ne s’est pas autoproclamé détenteur de l’autorité, mais cette fonction lui a été déléguée par la direction de l’entreprise. C’est grâce à cette délégation que le manager est légitime pour user d’autorité.

Il est donc indispensable que le N+1 du manager « l’installe » dans cette fonction vis-à-vis de l’équipe pour que celui-ci soit pleinement légitime.

Le manager est au service de l’équipe

Le rôle du leader en matière d’autorité est de faire respecter les règles de fonctionnement de l’équipe. Cela suppose que les règles soient clairement définies, connues par chacun et qu’elles soient au service de l’efficacité et du bien-être de l’équipe. Lorsque l’équipe sait que le leader fait respecter le cadre elle se sent en sécurité et peut consacrer toute son énergie à la production. Cela signifie que la motivation du manager pour faire preuve d’autorité ne peut être que la protection, le bien-être et l’efficacité de l’équipe et de ses membres. En d’autres termes, c’est un service qu’il rend à l’équipe et il est le seul à pouvoir le faire. L’exercice de l’autorité est le seul rôle de sa fonction qu’il ne délègue pas.

Toute autre motivation pour faire preuve d’autorité comme la peur, la colère, l’amertume aurait des conséquences nocives pour l’équipe.

Pour que l’autorité du manager soit réellement bienveillante, son action doit être réellement et sincèrement au service de l’équipe, ce qui renforcera d’autant plus sa légitimité.

Excellente semaine à chacun.

Et si cet article vous a plu, aidez-moi à le faire connaitre en cliquant (au moins) sur l’un des boutons ci-dessous 😉

Article précédent

Le confort comme motif de résistance au changement

Article suivant

Non, le management n’est pas une activité comme une autre.

© Km30.fr 2018 | Mentions légales | site réalisé par Helloquence